Critique d'album via Le Canal Auditif

Vendredi, Février 7, 2014

http://lecanalauditif.ca/les-paiens-carte-blanche/

PAR LOUIS-PHILIPPE LABRÈCHE

Vous ne connaissez pas Les Païens? Petit bijou de l’Acadie, voilà maintenant vingt ans que le quintette a joué ses premières notes ensemble. Pour fêter le tout, le groupe dévoile Carte Blanche, leur huitième album en carrière. Leur musique instrumentale pourrait être décrite comme du jazz-rock-loop-groove… Bref, il y a un savoureux mélange des genres. Le groupe est constitué de Denis Surette (guitare), Jean Surette (percussions), Jonah Haché (guitare, synthétiseurs), Marc Arsenault (basse) et Sébastien Michaud(cuivres, bois, KAOS pad).

Est-ce que Les Païens réussissent toujours à se renouveler après vingt ans de carrière? Oui. Le groupe utilise du looping, des rythmes électroniques et des boîtes à rythmes pour la première fois. De leur propre aveu, c’est après avoir vu Misteur Valaire en spectacle qu’ils ont opté pour cette direction musicale; et le résultat est groovy au maximum.

Septembre, la deuxième plage de Carte Blanche est un très bon exemple du petit penchant à la Misteur Valaire qu’a emprunté la formation. Après une accalmie musicale, le charleston reprend la mesure jusqu’à ce qu’une guitare funky se joigne à l’ensemble pour qu’enfin la trompette vienne couronner le tout. Notons aussi l’aérienne Tea In Amsterdam (ben oui, toi, juste du thé…) qui, au deux tiers du morceau, devient rock.

On retrouve aussi des pièces plus près de ce que Les Païens ont l’habitude d’offrir: la jazzée Anagance Shuffle et la typiquement «païenne» titrée La condition. Parmi les autres bons coups de la galette, on peut aussi nommer Cul-de-chiac qui, avec ses effets électroniques, sort franchement du lot.

Enfin, voilà une excellente manière de fêter vingt ans de carrière pour Les Païens qui ne perdent rien de leur flair musical et surtout de leur ouverture d’esprit. Si vous ne les connaissez pas, ils méritent que vous leur tendiez une oreille attentive.

MA NOTE : 7.5/10